manifestations corporelles fréquentes des émotions

C’est quoi une libération émotionnelle?

D’abord, c’est quoi une émotion? En fait, souvent, on identifie une émotion et on identifie qu’on la libère et qu’on l’a libérée par la sensation ressentie, pas par l’émotion en elle-même. Plutôt qu’utiliser le mot libérer, on peut aussi dire qu’on laisse cette émotion s’épanouir, et qu’elle disparait d’elle même.

La carte ci-dessus représente la «carte corporelle des émotions » établie par des chercheurs finlandais, dont les travaux ont été publiés fin décembre 2013 dans les Comptes rendus de l’Académie des sciences américaine (PNAS).

Quelques façons simples de montrer ce qu’est une libération émotionnelle :

Un extrait de Véronika décide de mourir, de Paolo Coelho :

« A cet instant, elle détesta tout ce qu’elle pouvait : elle-même, le monde, la chaise qui se trouvait devant elle, le radiateur cassé dans un des couloirs, les gens irréprochables, les criminels. (…) A un moment, elle éprouva aussi de la haine pour la personne qu’elle aimait le plus au monde : sa mère. (…) Mais il était trop tard, la haine était libérée, elle avait ouvert la porte de son enfer personnel. (…) Veronika poussa la porte du salon et, arrivée devant le piano, souleva le couvercle. Elle frappa de toutes ses forces sur le clavier. Un accord fou, décousu, irritant, fit écho dans la pièce vide, se cogna contre les murs et revint à ses oreilles sous la forme d’un son aigu qui semblait lui écorcher l’âme. Mais c’était la plus fidèle image de son âme. Elle se remit à frapper les touches et, de nouveau, les notes dissonantes se réfléchirent de toutes parts. « Je suis folle. Je peux faire cela. Je peux haïr, et je peux frapper sur le piano? Depuis quand les malades mentaux savent ils ordonner Les notes? » Elle tapa ainsi une, deux, dix, vingt fois et, chaque fois, sa haine semblait diminuer, jusqu’au moment où elle disparu complètement.Alors une paix profonde inonda Veronika. (…) Elle avait laissé les sentiments négatifs, réprimés pendant des années, remonter enfin à la surface. Et maintenant qu’elle les avait éprouvés, ils n’étaient plus nécessaires, ils pouvaient disparaître. »

 

 

Second exemple, la scène durant laquelle Harry laisse Voldemort sortir de son corps :

 

Un autre exemple : quand Kirikou guérit la sorcière :

Depuis toujours, Kirikou demande pourquoi Karaba est si méchante. Pour les autres personnes de son village, elle est méchante car elle est comme ça. Mais Kirikou sait que personne n’est méchant sans raison (cf. http://inspira-ques-tions.fr/chacun-fait-de-son-mieux/), donc il va chercher jusque trouver pourquoi, et ôter la chose qui fait que la sorcière était méchante (une épine douloureuse dans son dos). La scène commence à 1h16, tout se dessèche sur son passage, à 1h 17 min 30 sec il lui arrache l’épine, c’est très douloureux pour elle, mais pas longtemps, et immédiatement, elle devient gentille et la nature refleurit autour d’elle :

Encore un exemple : quand Mune gardien de la lune guérit Nécross qui a volé le soleil

Mune plonge Nécross dans le monde du sommeil (serait il hypnothérapeute?), et il enlève un serpent qui lui enserrait le cœur (serait-ce de l’hypnose dissociante car Mune fait tout?).

Ce serpent est méchant, dans une scène précédente, on le voit qui critique Sophone, le gardien du soleil. Ce serpent est il le critique intérieur du monstre?

En tout cas, immédiatement après la sortie du serpent, le monstre se sent très soulagé, et devient tout gentil!

Mais en quoi ça consiste? Explication par la méthode TIPI.

Cette méthode a été fondée par Luc Nicon.

Le principe : pour qu’il y ait peur, il faut admettre qu’une première expérience désagréable ait préalablement été vécue. C’est cette première expérience qui doit être retrouvée pour réguler les comportements qu’elle induit. Sans en connaître encore avec certitude le mécanisme biologique, les résultats obtenus sur un grand nombre de personnes montrent que, lorsqu’une situation à l’origine d’une réaction de peur est revécue, cette dernière est désamorcée.

Comment? A travers ses sens, chacun peut remonter jusqu’aux traces les plus anciennes de ses peurs qui, dans la plupart des cas, se révèlent être les plus déterminantes. … (c’est une) «reconnection physique » avec l’événement d’origine (…), condition indispensable pour que la peur soit désactivée. L’approche intellectuelle n’apporte aucune modification.

Comprendre sans revivre les sensations ne soulage pas la souffrance, tandis que revivre les sensations sans forcément les comprendre permet la guérison.

Les résultats sont rapides? La régulation est totale, complète, définitive. Il ne peut y avoir de demi-mesure : c’est tout ou rien. La peur disparaît dès que sa source a été sensoriellement revisitée. Et si la peur disparaît, les comportements qu’elle engendrait cessent également.

Origine : À travers la manifestation de la peur, il s’agit en effet de rechercher le danger qui l’a générée. Cette recherche nous conduit dans la plupart des cas en période prénatale ou à la naissance et c’est toujours une confrontation directe avec sa propre mort qui est identifiée comme responsable de la souffrance. Qu’il s’agisse d’un manque d’oxygène, d’un apport nutritionnel insuffisant, d’une intoxication, d’un dysfonctionnement interne ou d’une gêne extérieure provoquant des contraintes ou des sensations physiques difficilement surmontables, c’est en effet au stade de la survie la plus élémentaire que se nouent les peurs qui engendrent les souffrances émotionnelles les plus tenaces.

Exemple : Une personne mal à l’aise en présence du feu, peut, sans aucune difficulté, décrire ce qu’elle ressent dans son corps à cet instant. Par exemple, elle sera surprise, en « écoutant » son corps, de ressentir une douleur vive à l’épaule et au bras, comme si quelqu’un la déséquilibrait en la tirant violemment en arrière. Ce ressenti amènera peut-être la personne à identifier ensuite une situation dans laquelle le feu n’est en rien responsable de sa peur : alors qu’elle était bébé, un adulte l’aura sans doute empoignée avec force pour lui éviter de se brûler et, depuis, ce qu’elle craint en s’approchant d’un feu n’est donc pas de se brûler mais d’être violemment agressée et déséquilibrée.

C’est applicable à tout et tous? Elle n’est a priori pas pratiquée en cas de complication physique.

 

source http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/01/06/21819-premiere-carte-corporelle-emotions

et http://inspira-ques-tions.fr/veronika-decide-de-mourir/

http://inspira-ques-tions.fr/carte-corporelle-des-emotions/

http://tipi.pro/la-technique-didentification-sensorielle-des-peurs-inconscientes/

Leave a Comment